La chelidoine : Une « mauvaise herbe » aux multiples bienfaits

La chelidoine

La chelidoine : on a tous dans notre jardin cette plante et on pense tous que c’est une mauvaise herbe.

La médecine traditionnelle d’Orient nous apporte une herbe controversée. Pendant des siècles, les gens ont utilisé la chélidoine pour améliorer la digestion, la désintoxication et lutter contre les maladies.

La recherche moderne soutient certaines de ses utilisations, jette le doute sur d’autres et nous avertit des dangers potentiels.

Lisez la suite pour tout savoir sur la chélidoine.

La chelidoine : c’est quoi ?

Le nom commun chélidoine fait référence à trois espèces végétales:

  • Grande chélidoine (Chelidonium majus)
  • Pavot chélidoine (Stylophorum diphyllum)
  • Petite chélidoine (Ficaria verna)

La grande chélidoine, également connue sous le nom de nipplewort ou swallowwort, appartient à la famille des herbes appelées coquelicots (Papaveraceae). Bien que originaire d’Europe et d’Asie occidentale, cette plante herbacée vivace pousse dans le monde entier.

La grande chélidoine a des feuilles tendres et fleurit de minuscules fleurs jaunes. Lorsqu’elle est blessée, la tige libère une sève jaune-orange distincte appelée «lait du diable».

Son nom latin – Chelidonium – vient en fait du grec ancien (chelidon) et signifie «avaler». Pour l’anecdote, la floraison des fleurs de chélidoine annoncerait le retour des hirondelles du sud.

Les deux autres plantes n’ont pas de propriétés médicinales bien documentées, donc cet article se concentrera sur la plus grande chélidoine.

La chelidoine : Bienfaits 

  • Soutient la santé digestive
  • Stimule le flux biliaire
  • Peut réduire l’inflammation et les réactions allergiques
  • Lutte contre les infections et stimule l’immunité
  • Peut avoir des propriétés anticancéreuses

Mise en garde :

  • Potentiellement toxique pour le foie
  • Peut provoquer des réactions allergiques
  • Peut perturber le rythme cardiaque
  • Pas bien étudié chez l’homme

chelidoine

La chelidoine : Usages traditionnels

L’utilisation médicinale de la grande chélidoine remonte également à la Grèce antique, où le médecin et botaniste Dioscorides a décrit pour la première fois son potentiel de désintoxication.

De Pline l’Ancien (un célèbre naturaliste romain) aux herboristes modernes tels que Maurice Mességué, les remèdes traditionnels avec une plus grande chélidoine ont une histoire riche.

Dans le monde occidental, on utilise la grande chélidoine pour :

  • Traiter les maladies pulmonaires et hépatiques
  • Stimule la digestion et la sécrétion de bile
  • Lutter contre les infections et soutenir l’immunité
  • Élimine les verrues et les ulcères cutanés

Les herboristes chinois utilisent le «bai-qu-cai» (plus grand chélidoine) pour stimuler la circulation, combattre les crampes et les douleurs menstruelles, traiter l’ictère et bien plus encore.

Les Russes l’appellent «chistotel bolshoi», ce qui se traduit par «un nettoyage puissant»

La chelidoine : Composants bioactifs

Les parties aériennes de la grande chélidoine (Chelidonium majus) ont la plus large utilisation médicale. L’herbe séchée est utilisée pour les extraits solides et liquides, tandis que le jus et la sève proviennent de tiges et de feuilles fraîches.

Certains herboristes en Europe centrale et orientale utilisent également les racines.

La chélandine contient un groupe d’alcaloïdes ayant une structure unique (isoquinoléine) et diverses propriétés médicinales.

  • Chélidonine
  • Coptisine
  • Sanguinarine
  • Chelrythrine
  • Berbérine

La chélidonine est le principal alcaloïde de la chélidoine, du nom de cette plante (Chelidonium). Dans les produits normalisés à base de chélidoine, la teneur totale en alcaloïdes est exprimée en pourcentage de chélidonine.

La teneur en alcaloïdes chélidoine augmente au cours de la journée, ce qui rend le soir le plus approprié pour la récolte. Dans les racines, elle atteind 2-3% tandis que les parties aériennes contiennent jusqu’à 1,5% d’alcaloïdes.

La chélidoine contient également :

  • Flavonoïdes (rutine, quercétine, lutéoline)
  • Acides organiques (chélidoniques, caféiques, maliques)
  • Les lectines
  • Acides gras (linoléique, oléique)
  • Minéraux (calcium, fer, potassium, magnésium, soufre

grande chelidoine

La chelidoine : Comment ça marche ?

Les effets potentiels sur la santé de la chélidoine comprennent :

  • Lutter contre les bactéries, les virus et les champignons
  • Stimuler la réponse immunitaire
  • Soutenir la digestion
  • Réduire l’inflammation
  • Renforcer la défense antioxydante

Grâce à leurs actions pharmacologiques complexes, les alcaloïdes chélidoine soutiennent le système cardiovasculaire, le système digestif, l’immunité et la santé osseuse.

La chélidoine peut relancer la digestion.

Les glucides complexes et les enzymes de la grande chélidoine renforcent le système immunitaire et combattent les infections.

Les flavonoïdes de la grande chélidoine, comme la rutine et la quercétine, sont connus pour leur puissante action antioxydante.

La Chélidoine peut être efficace 

1 – Indigestion :  Une méta-analyse de trois essais cliniques (273 patients) a confirmé qu’un mélange d’extraits liquides avec une plus grande chélidoine pourrait améliorer les principaux symptômes de l’indigestion. Pendant le traitement de 4 semaines (3 ml / jour), les patients n’ont signalé aucun effet secondaire significatif.

Une autre méta-analyse a inclus les données de 592 patients souffrant d’indigestion et est arrivée à la même conclusion.

Dans une étude plus ancienne de 30 personnes, les gélules de chélidoine ont amélioré les douleurs à l’estomac, les nausées et les ballonnements en six semaines.

2 – Santé de la vésicule biliaire : La vésicule biliaire stocke les acides biliaires produits dans le foie et les libère dans l’intestin grêle, jouant un rôle vital dans la digestion et le métabolisme des graisses.

La chélandine a stimulé la vésicule biliaire et amélioré le flux biliaire dans une étude clinique portant sur 37 patients atteints d’une maladie du foie.

Cette herbe a également eu un impact positif sur le pancréas, augmentant la production d’enzymes digestives.

Dans un essai de 76 patients ayant des problèmes de vésicule biliaire, un mélange standardisé d’extraits secs de chélidoine et de curcuma a atténué les crampes avec aucun effet secondaire. Cependant, il n’a pas réussi à réduire d’autres plaintes, telles que ballonnements, nausées et vomissements.

Dans une autre étude clinique, 30 patients souffrant de crampes douloureuses de la vésicule biliaire ont reçu six comprimés d’extrait de chélidoine par jour pendant six semaines. La chélandine a stimulé la vésicule biliaire et réduit leurs symptômes.

Un examen de deux études observationnelles (800+ patients) a confirmé qu’une plus grande chélidoine pourrait réduire les crampes de la vésicule biliaire et d’autres troubles digestifs.

3 – Syndrome du côlon irritable  : Une revue a analysé les résultats de 75 essais cliniques (~ 8 000 patients) pour voir quelles préparations à base de plantes pouvaient soulager le SCI. Entre autres, un mélange à base de plantes avec de la chélidoine et d’autres plante a amélioré les symptômes du SCI.

La chelidoine : Effets secondaires et précautions

La plus grande chélidoine et ses composants n’ont pas provoqué d’effets secondaires majeurs dans les essais cliniques.

Cependant, des rapports de lésions hépatiques causées par une plus grande chélidoine indiquent son côté dangereux et suggèrent la prudence. Assurez-vous de consulter votre médecin avant de le prendre. Les personnes souffrant de problèmes hépatiques devraient éviter la chélidoine jusqu’à ce que nous en sachions plus sur sa sécurité.

Les médecins ont signalé un seul cas d’anémie avec destruction des globules rouges probablement causée par une plus grande extraction de chélidoine.

En raison de ses propriétés immunostimulantes, une plus grande chélidoine peut, en théorie, aggraver les conditions auto-immunes.

Les femmes enceintes, les femmes qui allaitent et les enfants doivent éviter la chélidoine en raison du manque de preuves de sécurité.

Les personnes allergiques à la chélidoine ou à d’autres plantes de la famille du pavot (Papaveraceae) devraient éviter la chélidoine sous toutes ses formes.

Les interactions herbes-médicaments peuvent être dangereuses et, dans de rares cas, même mortelles. Consultez toujours votre médecin avant d’en prendre et informez-le de tous les médicaments et suppléments que vous utilisez ou envisagez.

L’extrait de chélidoine peut inhiber un groupe essentiel d’enzymes hépatiques (CYP) qui décomposent les médicaments et autres produits chimiques. Les médicaments suivants affectent également ces enzymes et peuvent donc interagir avec la chélidoine :

  • Médicaments antiviraux
  • Médicaments antifongiques (azole)
  • Médicaments hypolipidémiants (statines)
  • Médicaments antiépileptiques (médicaments contre les crises)
  • Antidépresseurs (ISRS)

En raison de ses propriétés immunostimulantes, la chélidoine peut bloquer les effets des médicaments qui suppriment l’immunité, tels que les corticostéroïdes.

Selon plusieurs rapports de cas, la chélidoine peut endommager le foie et ainsi potentiellement aggraver les effets secondaires des médicaments hépatotoxiques (endommageant le foie) tels que l’amiodarone (Cordarone), l’atorvastatine (Lipitor) et l’acétaminophène (Tylenol)

Remède de grand-mère :

Si vous cassé une feuille, il y a du jus orange qui sort. C'est ce qu'il faut mettre sur la verrue qui sera nettoyée et grattée un petit peu.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.