Quand la nature nous donne des leçons, technique des 3 sœurs

Jardiner sans pesticide

Jardiner sans pesticide, conseils et astuces de permaculture pour récolter des légumes et des fruits bio.

La première chose à savoir c’est que les plantes s’aident mutuellement : c’est la technique des 3 sœurs.

La lutte contre les pesticides commencent par la plantation  de plantes répulsives, puis d’attirer des coccinelles ou des chrysopes.

De plus, il faut créer des abris pour les insectes et les oiseaux alliés du jardinier. Et, autre conseil, ne jamais laisser le sol nu et labourage et binage ne sont plus d’actualité.

Encore, une astuce : la taille des arbres est douce et légère. Et, on n’utilise pas la bouillie bordelaise.

Jardiner sans pesticide, les principes de la technique des 3 sœurs

Cette technique est ancestrale. Les indiens la pratiquaient pour cultiver 3 légumes indispensables à leur alimentation :

  • maïs, haricots et courges.

Le principe est simple, les hautes tiges du maïs servent de tuteurs aux haricots.

Et, les racines du haricot enrichissent le sol en azote ce qui  accélère la pousse des autres légumes.

Enfin, les larges feuilles des courges diminuent le développement des mauvaises herbes. L’ombrage de ces feuilles permet de garder l’humidité et l’eau du sol.

Comment procéder ?

– Tout d’abord, cette technique se met en place en mai-juin ou plus tôt  dans les régions tempérées.

-Commencer par  former des buttes aplaties au sommet d’une vingtaine de cm de hauteur et semer les graines de maïs au sommet, en poquet de 3.

– Une semaine ou deux après la germination, ne conserver que le plant de maïs le plus vigoureux et éliminer les autres.

– Quand le maïs atteint une quinzaine de cm, semer les haricots sur la partie plate de la butte, autour du maïs.

Et, Implanter 3 pieds de haricots par plant pour éviter que le poids des gousses à maturité ne mette le maïs à terre.

– Une semaine après, mettre en place les courges au pied de la butte.

Le principe est simple, ces 3 plantes compagnes s’entraident.

 

Les plantes répulsives

Comment organiser un brouillage olfactif . Il faut planter aux pieds des arbres fruitiers, de rosiers … de l’ ail, menthe, thym, lavande afin que les pucerons aillent ailleurs.

En plus, offrez des fleurs aux légumes. L’odeur des œillets d’Inde repoussent les pucerons et les nématodes de la tomate, les cosmos chassent la piéride.

Une autre solution, les coccinelles et chrysopes, conseils et astuces pour jardiner sans pesticide

Jardiner sans pesticide

Les coccinelles sont des insectes de l’ordre des coléoptères. Et, cette bête à Bon Dieu est vorace et dévore 100 pucerons par jour.

Pour attirer les coccinelles, la première chose à faire c’est ne pas utiliser des pesticides. 

Par contre, cultiver fèves, capucines, bourraches ou anthémis. Les prunelliers, sureaux attirent des coccinelles.

Mais, vous pouvez également acheter des coccinelles. Elles sont très actives en mai, juin et juillet.

Ce que je vous recommande : 

A savoir que certaines Mairies comme la ville de Paris font des distributions gratuites de coccinelles.

En ce qui concerne les chrysopes, dites mouches aux yeux d’or, elles appartiennent à la famille des chrysopes.

Et, elles aussi s’attaquent aux pucerons mais aussi aux araignées rouges, thrips, chenilles, acariens ou larves de cochenilles.

Ces mouches sont entomophages et à son stade larvaire, consomment 500 pucerons.

Comme pour les coccinelles, on conseille de jardiner sans pesticide

Prévoir des haies panachées qui sont des abris pour des insectes prédateurs qui éliminent d’autres nuisibles. Les noisetiers attirent les phytoséides qui dévorent les araignées rouges.

Et, organiser le jardin avec des arbres et des arbustes, des haies fleuries,  des floraisons toute l’année.

Organiser un carré champêtre où vous laisserez la nature installer coquelicots, trèfles, boutons d’or … Sinon, semer des fleurs des champs après avoir acheté les graines.

Et, offrez à ces insectes et à d’autres animaux des gîtes pour l’hiver.

Des nichoirs, hôtels d’insectes, perchoirs, nids pour abriter les amis des jardiniers

Jardiner sans pesticide

L’hôtel à insectes fait de sapin, bambou, pommes de pin ou écorce est une aide à la nidification et à l’hivernage. Et, ce gite se fixe dans un endroit ensoleillé et protégé de la pluie fournissant aux espèces animales un refuge.

Fabriquer des nichoirs, y déposer des boules de graisses et des graines pour attirer les rouge-gorges et les pinsons qui mangent des larves d’insectes nuisibles aux cultures.

Dans le commerce, on trouve des nichoirs avec toit en tôle et certains sont vendus en Kit à monter avec vos enfants.

Pour jardiner sans pesticide, pailler abondamment et ensuite, labourage, binage s’oublient  selon les conseils de la permaculture

Et, la permaculture c’est l’art de faire travailler la nature à notre place. Aussi user et abuser du paillage. Les feuilles broyées, l’herbe de la tonte, compost, le bois de taille mélangé avec de la paille enrichit et protège le sol.

Recouvrir le sol de 20 cm de paillis c’est l’idéal.

La tendance à l’heure actuelle, c’est de ne pas labourer et biner le sol car on casse et détruit des micro nutriments. On  protège  le lombric, car c’est l’ami du jardinier. Il aère et régénère le sol.

Comme je l’ai déjà dit, on ne laisse pas le sol nu. 

D’autre part, on bannit la bouillie bordelaise pour la permaculture et on jardine sans pesticide

Jardiner sans pesticide

A savoir que la bouillie bordelaise a été mise au point par un agronome français et traite toujours le mildiou. Mais dans ce produit le sulfate de cuivre est la forme de cuivre la plus toxique pour l’homme.

De plus, pour être efficaces les agriculteurs appliquent 15 traitements par an. Et, par conséquent le recours à cette substance provoque une pollution des sols et des nappes phréatiques car les plantes n’absorbent pas tout le cuivre.

D’autre part, ce métal est toxique pour les poissons et les autres organismes aquatiques.

Des solutions plus douces existent : pratiquer des mélanges de bicarbonate de soude, la rotation des cultures et espacer les plants.

Tailler en douceur, jardiner sans pesticide

Ne pas oublier de panser les plaies provoquées par le sécateur avec des mastics appropriés. Par précaution, désinfecter le sécateur après le taille.

Bien évidemment pour conclure,

Je ne vous ai rappelé que quelques conseils mais très sincèrement je pense que vous en aurez retenu au moins un. L’agriculture évolue comme toutes les sciences.

Aujourd’hui, on veut être plus respectueux de notre éco système.

Les livres que je vous recommande pour en savoir plus sur la permaculture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.