Site icon Le Jardin de ma Grand-Mère

Feuilles mortes, comment en profiter ?

Puisque les feuilles 🍁 dérangent tout le monde à l’automne, vous allez pouvoir les garder, les stocker pour toute l’année.
Et si vous n’en avez pas assez chez vous, pas la peine d’aller en chiper en forêt (en plus c’est interdit)

Il suffit de demander à vos voisins qui ne les utilisent pas ou de ramasser celles de votre trottoir ou dans votre quartier.

Comment les ramasser ?

Au râteau ou avec une tondeuse (pas besoin de se baisser).
Attention aux aspirateurs broyeurs qui ont tendance à aspirer tout, y compris les sables et les poussières pollués par la circulation.

Et pour les stocker alors ? Je fais comment ?

Plusieurs solutions :
– des sacs que vous gardez ouverts
– un silo en grillage à petites mailles (pour éviter qu’elles ne s’envolent)
– un tas à l’abri du vent
– ou pourquoi pas un second composteur.

Vous n’aurez jamais trop de feuilles en stock.

En plus du compostage, vous pouvez aussi les utiliser pour pailler vos plates bandes ou votre potager.
Une vraie couette pour l’hiver, qui en plus va nourrir toute la faune du sol.
Vous serez surpris de constater qu’au printemps elles auront presque totalement disparu,
digérées par la vie du sol.

Et que les herbes sauvages (certains disent «mauvaises herbes ») n’auront pas réussi à pousser.

Si vous avez des grandes feuilles (platanes par exemple) pour éviter qu’elle partent avec le vent, broyez les à la tondeuse. C’est plus facile à étaler, et plus joli dans les massifs.
Si vous en avez vraiment beaucoup, vous pouvez faire du terreau de feuilles.
Simplement un tas que vous oubliez, et au bout d’un an (ou 2 selon la région) vous pourrez profiter d’un super terreau de semis gratuit.

Alors ?
Elles vous dérangent encore les feuilles ?
Ou vous commencez déjà à en manquer ?

Comment profiter des feuilles mortes pour composter sans nuisances ?

L’été est fini les jours raccourcissent.
Comme chaque année, les feuilles des arbres ont commencé à tomber.

Quel rapport avec le compostage ?

J’y viens tout de suite.
Je voulais juste avant vous parler du 21 octobre c’est la journée mondiale des vers de terre.

Mais Yann, pourquoi tu nous parles de vers de terre
alors que tu as titré « Comment profiter des feuilles mortes pour composter sans nuisances » ?

Vous allez comprendre.
Vous vous êtes déjà posé cette question ?
Où vont toutes les feuilles qui tombent des arbres ?

Non je vous parle pas de celles qui tombent en ville, sur les trottoirs ou sur les routes.
Elles sont ramassées, transportées, puis compostées par les services communaux.

Et tout ça vous coûte un bras.
Même si vous n’avez aucun arbre puisque c’est vos impôts qui financent.
Alors que vous pourriez fertiliser votre jardin avec…

Mais revenons à vos feuilles
elles vont où quand elles tombent au sol ?

Et bien figurez vous que tout un tas de monde se charge de les découper, grignoter, transformer, digérer

Le vers de terre y prend une grande part pour les mélanger à la surface de la terre.

Vous imaginez si dans les forêts personne ne s’occupait de décomposer les feuilles ?
On ne verrait même plus les arbres tellement les tas seraient haut.

Selon la région en France c’est entre 0,2 et 0,5 kg de feuilles au m2 qui tombent chaque année en forêt.
Plus les brindilles et branches mortes.

Et le compost dans tout ça ?

Et bien c’est très simple à comprendre.

Dans votre compost (en tas ou dans un composteur c’est pareil)
tous les organismes vivants qui transforment vos déchets de la cuisine ou du jardin en un super fertilisant pour votre jardin,
ce sont exactement les mêmes que ceux qui font le job à la surface du sol de la forêt ou dans votre jardin.

Alors on va favoriser leur alimentation.
Et pour qu’elle soit équilibrée cette alimentation et bien les épluchures seules c’est un problème.

Pourquoi un problème ?
ça se ramollit très vite,
ça fait des jus qui sentent mauvais

Bref, ça pue (pour parler vrai)
pour peu que la pluie sature votre composteur (et en automne c’est souvent le cas)
vous n’êtes pas sortis de l’auberge, si je puis dire.

Et bien si
la nature est tellement bien faite que justement, c’est le moment où les feuilles tombent des arbres.

Et ces feuilles sont dures, plutôt sèches,
alors elles vont parfaitement équilibrer les apports dans votre composteur
où vous jetez des épluchures plutôt molles et humides.

Ces 2 contraires (épluchures et feuilles mortes) vont s’équilibrer pour favoriser :

1 – un apport d’air suffisant donc pas de mauvaises odeurs

2 – une humidité régulée

3 – une alimentation équilibrée pour tous les décomposeurs qui font le job à votre place
(ben oui, si vous compostez, pas besoin de gérer autant de mauvaises odeurs dans vos poubelles)

Et si déposez un lit de feuilles mortes pour couvrir les déchets de votre compost
c’est plus sympa quand on l’ouvre
et surtout ça filtre les mauvaises odeurs et ça évite d’attirer les moucherons.

Vous commencez à comprendre l’intérêt des feuilles au compost ?

Le problème ?
C’est qu’elles tombent toutes à l’automne…

Comment utiliser des feuilles mortes toute l’année au composteur ?

C’est là que vous allez être malin.

Puisque les feuilles dérangent tout le monde à l’automne,
vous allez pouvoir les garder, les stocker pour toute l’année.

Et si vous n’en avez pas assez chez vous, pas la peine d’aller en chiper en forêt (en plus c’est interdit)

Il suffit de demander à vos voisins qui ne les utilisent pas
ou de ramasser celles de votre trottoir ou dans votre quartier.

Comment les ramasser ?

Au râteau ou avec une tondeuse (pas besoin de se baisser).

Attention aux aspirateurs broyeurs qui ont tendance à aspirer tout, y compris les sables et les poussières pollués par la circulation.

Et pour les stocker alors ? Je fais comment ?

Plusieurs solutions :

– des sacs que vous gardez ouverts

– un silo en grillage à petites mailles (pour éviter qu’elles ne s’envolent)

– un tas à l’abri du vent

– ou pourquoi pas un second composteur.

Vous n’aurez jamais trop de feuilles en stock.

 

En plus du compostage, vous pouvez aussi les utiliser pour pailler vos plates bandes ou votre potager.
Une vraie couette pour l’hiver, qui en plus va nourrir toute la faune du sol.

Vous serez surpris de constater qu’au printemps elles auront presque totalement disparu,
digérées par la vie du sol.
Et que les herbes sauvages (certains disent «mauvaises herbes ») n’auront pas réussi à pousser.

Si vous avez des grandes feuilles (platanes par exemple) pour éviter qu’elle partent avec le vent, broyez les à la tondeuse. C’est plus facile à étaler, et plus joli dans les massifs.

Si vous en avez vraiment beaucoup, vous pouvez faire du terreau de feuilles.
Simplement un tas que vous oubliez, et au bout d’un an (ou 2 selon la région) vous pourrez profiter d’un super terreau de semis gratuit.

Quitter la version mobile