Cypripedium Tibeticum : Connaissez-Vous Cette Orchidée ?

Cypripedium Tibeticum

Cypripedium tibeticum v. Amesianum, une mystérieuse orchidée à pantoufles auto-pollinisatrices.

Cette plante est une orchidée terrestre herbacée à feuilles.

L’habitude de la plante est très similaire à celle des formes plus typiques de C. tibeticum, sauf en ce qui concerne sa taille, qui ne dépasse souvent pas 20 cm de hauteur.

Au-delà, les fleurs, qui portent une tige, dépassent rarement 4-5 cm de largeur. Leur couleur est assez normale pour une fleur jaune de C. tibeticum, avec une lèvre uniformément rouge vif et des sépales et des pétales striés de teinte similaire.

La lèvre a tendance à être un peu plus ronde que la plupart des C. tibeticum, plutôt que comprimée latéralement. L’orifice de la lèvre est également légèrement denté.

Outre la taille, leur caractéristique la plus distinctive est que les fleurs sont obligatoirement auto-pollinisatrices. Le résultat est que 100% des fleurs forment des gousses, bien que toutes ne viennent bien sûr pas nécessairement à terme.

Quelle belle petite plante! Comme vous pouvez le voir sur les photos.

Cypripedium tibeticum

Il semble que cette plante ne soit pas plus difficile à cultiver que les formes plus courantes de C. tibeticum. Elle nécessite une lumière vive, même un ensoleillement prolongé dans les climats plus froids.

Un substrat presque purement inorganique est probablement le plus sûr pour les cultiver avec un pH presque neutre.

En hiver, il faut veiller à garder leurs racines juste humides, la pluie et la neige hivernales peuvent donc provoquer la pourriture et doivent être évitées.

Compte tenu de la petite taille de cette variété, il s’agirait probablement d’un excellent spécimen en pot.

Cypripedium tibeticum : Plantation

Les Cypripedium se plaisent dans les sols pauvres en matière organique et bien drainants.

Il est conseillé d’aérer le sol à l’aide de substrat minéral (au moins 50%) tels que du sable, de la pouzzolane ou de la pierre de lave.

Ajouter un peu d’écorce de pin finement broyée, un compost à base de feuilles ou de fibres de coco.

Il est important que les rhizomes des Cypripedium ne sèchent pas en été mais également qu’ils ne soient pas immergés en hiver.

Les différents substrats minéraux assureront une bonne rétention de l’humidité en été tout en favorisant un bon drainage durant l’hiver.

Cypripedium tibeticum : Exposition

Au jardin, les Cypripedium affectionnent des endroits frais, ombragés ou semi-ombragés. Un ensoleillement aux heures les plus chaudes de la journée est à éviter.

Au fil des saisons…

Durant l’hiver, la plante persiste sous forme de rhizome et ne requiert aucune protection spéciale.
Les nouvelles pousses de Cypripedium apparaissent en général au cours du mois d’avril.

Une fois amorcé, le développement de la végétation est très rapide; en 3 à 5 semaines le feuillage s’est épanoui.

La floraison s’étend de fin avril à juin.

A la fin de l’été, le feuillage jaunit puis fane avant de disparaître complètement. Les Cypripedium entrent alors en dormance hivernale.

Au fil des années et des cycles successifs de croissance et de dormance, les Cypripedium se fortifient mais également se multiplient grâce à l’apparition annuelle de nouveaux rejets.

J’espère vous avoir donné envie de cultiver cette magnifique orchidée chez vous.

Lire aussi :

Orchidée – Soin Des Orchidées : Pourquoi Perdent-Elles Leurs Boutons ?

L’orchidée Vanda Symbole De Paix : Comment L’Entretenir





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.